Passer au contenu

/ Département de sciences biologiques

Rechercher

Navigation secondaire

Les centres, groupes et chaires de recherche

Le Département possède plusieurs infrastructures et travaille en collaboration avec des équipes reconnues aux niveaux national et international.

Nos centres de recherche

Centre sur la biodiversité de l’Université de Montréal

Situé au cœur du Jardin botanique de Montréal, le Centre sur la biodiversité de l’Université de Montréal est un centre d’excellence en conservation et informatisation de collections biologiques et en recherche et formation sur la biodiversité.

EN SAVOIR PLUS

Institut de recherche en biologie végétale

Situé au Jardin botanique de Montréal, l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV) est un centre spécialisé en recherche et en enseignement de la biologie végétale. Ses installations modernes et son matériel végétal incomparable en font un site exceptionnel pour la recherche fondamentale et appliquée.

Rencontrez des chercheurs passionnés par le développement et la transmission des connaissances en biologie végétale, en biologie moléculaire et en écologie.

EN SAVOIR PLUS

Station de biologie des Laurentides

Située à St-Hippolyte, dans les Basses-Laurentides, la Station de biologie des Laurentides (SBL) est un centre de recherche et de formation universitaire pour le développement des futurs leaders en sciences écologiques et environnementales.

Véritable laboratoire naturel en milieu protégé, la Station attire les étudiants et chercheurs curieux d’en apprendre davantage en milieu terrestre ou aquatique. La Station est aussi une référence en matière de développement durable.

EN SAVOIR PLUS

Nos groupes de recherche

Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique

Regroupant 38 chercheurs de huit institutions québécoises, le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL) vise à mieux comprendre les lacs, cours d’eau et écosystèmes qui les abritent.

Considéré comme l’un des principaux centres de recherche en écologie des eaux douces au Canada, le GRIL rassemble plus de 200 étudiants de cycles supérieurs, stagiaires postdoctoraux et professionnels de recherche.

EN SAVOIR PLUS

Mine de Savoir

L'industrie minière canadienne représente près de 5 % du PIB national et demeure un leader mondial dans le domaine de la gestion environnementale. CRSNG FONCER Mine de Savoir est un programme de formation multidisciplinaire dédié à la formation des scientifiques capables de comprendre les besoins du secteur minier en matière de développement durable. Regroupant six universités de recherche et des partenaires industriels le programme vise à former une centaine de chercheurs dans les domaines de la chimie environnementale, de la minéralogie des résidus miniers, de la géochimie et de l'écotoxicologie. Le programme de formation est offert aux étudiants de tous les cycles, ainsi qu’aux stagiaires postdoctoraux et permet une approche terrain (stages) avec des projets de recherche réalisés au sein des différentes équipes universitaires impliquées et de leurs partenaires du secteur minier.

EN SAVOIR PLUS

Centre de la science de la biodiversité du Québec

Le Centre de la Science de la Biodiversité du Québec (CSBQ) regroupe plus de 120 chercheurs, dont 21 du Département de Biologie, ainsi que nombreux partenaires nationaux et internationaux.

L’objectif du CSBQ est de faciliter l’émergence d’une science intégrée de la biodiversité au Québec. Le CSBQ offre plusieurs mesures et moyens humains afin, d'étudier, découvrir et utiliser de façon durable la biodiversité du Québec.

EN SAVOIR PLUS

RG3H2O

Sciences de l’eau – RG3H2O vise à offrir aux étudiants des trois universités un espace de recherche dans le domaine des sciences de l’eau. Un groupe multidisciplinaire de chercheurs est réuni autour d’un projet portant principalement sur les questions de la qualité de l’eau et l’impact des activités humaines.

EN SAVOIR PLUS

VASCAN

VASCAN est une nouvelle base de données sur les plantes vasculaires du Canada créée par le réseau Canadensys dont les recherches sont subventionnées pour ses cinq premières années par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI).

La mission de Canadensys est de mettre l’information contenue dans les collections biologiques des universités canadiennes en accès libre. Elle y arrive au moyen d’un réseau de bases de données distribuées compatible avec d’autres réseaux d’information sur la biodiversité tels que le Système canadien d’information sur la biodiversité (SCIB) et le Système mondial d’information sur la biodiversité (SMIB/GBIF).

Pendant sa phase initiale, le réseau se concentrera sur les données de trois groupes d’organismes parmi les plus divers et les plus importants des points de vue écologique et économique : les plantes, les insectes et les champignons. Ces deux derniers figurent aussi parmi les groupes les moins bien connus et répertoriés.

EN SAVOIR PLUS

Projet ATRAPP

Grâce à une subvention de Génome Canada, le projet ATRAPP, « Algal Blooms, Treatment, Risk Assessment, Prediction and Prevention Through Genomics », a pour mission d’approfondir les recherches sur les cyanobactéries (aussi nommées algues bleu-vert). Jesse Shapiro, professeur adjoint au Département, fait partie du groupe de chercheurs du campus de l’Université de Montréal qui proposeront des stratégies préventives à long terme, rentables, afin d’assurer la protection des étendues d’eau comme sources d’eau potable et comme habitats.

Rappelons que les cyanobactéries sont peu présentes naturellement dans plusieurs cours d’eau et elles ne causent normalement pas de soucis. Par contre avec suffisamment de chaleur (exacerbée par les changements climatiques), de lumière et de nutriments (provenant de l’agriculture ou des rejets municipaux), on peut obtenir une floraison de cyanobactéries dans les écosystèmes aquatiques. Les floraisons de cyanobactéries produisent fréquemment des cyanotoxines qui peuvent causer des maladies et même la mortalité quand ingérées par les humains ou les animaux.

Nos objectifs sont :

  1. de développer un outil diagnostic chimiogénomique pour évaluer la toxicité des floraisons d’algues nocives pour les sources d’eau, la santé et la faune;
  2. de proposer les meilleures pratiques à mettre en place pour empêcher les cyanotoxines de se retrouver dans l’eau potable et s’assurer que les boues résiduaires du traitement de l’eau sont gérées de façon sécuritaire;
  3. et de proposer des solutions à long terme pour prévenir la contamination et l’eutrophisation qui provoquent la prolifération des cyanobactéries.

EN SAVOIR PLUS

Nos chaires de recherche

Génomique fonctionnelle de la transduction de signaux chez les plantes

La Chaire en génomique fonctionnelle de la transduction de signaux chez les plantes s'intéresse à l'étude des mécanismes du développement des plantes.

Les applications biotechnologiques qui pourraient naître de ces recherches sont très nombreuses. Elles pourraient aussi permettre d'améliorer considérablement la productivité des entreprises, notamment en agriculture.

EN SAVOIR PLUS

Chaire de cherche en biocontrôle

La Chaire de recherche en biocontrôle a entrepris de déterminer les principes écologiques et les mécanismes qui régissent les interactions plurispécifiques avec les communautés d'arthropodes (qui comprennent les insectes et les araignées). Elle compte aussi appliquer ces principes à l'élaboration de stratégies prédictives fiables, afin de mettre les agents de lutte biologique à profit et de contribuer à la promotion de la lutte biologique comme moyen efficace et viable d'enrayer les insectes nuisibles.

EN SAVOIR PLUS

Chaire de recherche du Canada en génomique microbienne évolutionnaire

Mes recherches actuelles mesurent en temps réel l’évolution de populations microbiennes à l’aide du séquençage de génomes individuels et de communautés entières. Elles visent à comprendre leur évolution et à prédire comment ils s’adapteront à des environnements changeants. Ces recherches mèneront à une meilleure compréhension de base du monde microbien et, en particulier, des processus évolutifs qui influent sur notre environnement et notre santé.
Le but final est d’être en mesure d’échantillonner tout habitat, qu’il s’agisse d’un lac ou d’un patient infecté, de séquencer l’ADN de cet habitat, et de faire des prédictions quant aux risques potentiels et aux meilleures interventions possibles.

EN SAVOIR PLUS

Chaire de recherche industrielle CRSNG / Hydro-Québec en phytotechnologie

La chaire de recherche industrielle CRSNG / Hydro-Québec en phytotechnologie a été créée dans le but d’optimiser l’utilisation de la phytotechnologie aux problèmes environnementaux générés par la génération, le transport et la distribution d’électricité. Plus spécifiquement, deux problèmes environnementaux découlent de ce contexte : i) les sites des emprises hydroélectriques menacés par l’érosion et la colonisation par des espèces envahissantes et ii) la contamination du sol et de l’eau due à l’entreposage des poteaux électriques. Les projets de recherche permettront d’approfondir les connaissances scientifiques pour améliorer la gestion de la végétation située sous les emprises hydroélectriques et les sites d’entreposage en plus de faciliter le transfert et l’application de la phytotechnologie à d’autres contextes environnementaux.

EN SAVOIR PLUS

Chaire de recherche du Canada en biologie évolutive mitochondriale

Les organismes répondent aux environnements changeants de deux façons :

  1. Par des changements à court terme au cours de leur vie (modifications épigénétiques et transcriptionnelles);
  2. Par des changements à long terme, c’est-à-dire des réponses évolutives héréditaires.

Alors que plusieurs exemples de ces phénomènes au niveau du génome nucléaire ont été rapportés (variations épigénétiques sous la forme de méthylation de l’ADN et variations génétiques via l’évolution de gènes adaptatifs ou gènes ORFan), les mêmes types de mécanismes pour la mitochondrie et leurs génomes (ADNmt) demeurent largement inexplorés. Ce fossé majeur des connaissances est surprenant compte tenu du rôle central des mitochondries dans les fonctions cellulaires, le vieillissement et les maladies humaines. La Chaire de recherche du Canada en Biologie Évolutive Mitochondriale dirigée par la Dre Sophie Breton abordera cette lacune fondamentale dans notre compréhension des processus d'adaptation et de spéciation grâce à une approche intégrative combinant l'épigénomique, la transcriptomique, la physiologie et la biologie cellulaire pour étudier la capacité des mitochondries et de leurs génomes à s'adapter aux environnements changeants.