Véronique Campbell

Doctorat en sciences biologiques, professeure de biologie au Cégep de Saint-Hyacinthe

« L’accueil chaleureux des étudiants et des membres du laboratoire de François-Joseph Lapointe, et ce, dès la première rencontre, reste un souvenir mémorable de mon passage au Département. »

Quelque part en Montérégie, une poignée de collégiens peuvent remercier leur bonne étoile. Chaque fois qu'ils foulent les salles de cours et laboratoires animés par Véronique Campbell, ces étudiants en biologie du Cégep de Saint-Hyacinthe savent bien qu'ils profiteront d'un enseignement dynamique et engagé.

« Outre les cours et leur préparation, je suis engagée dans divers projets tels le développement d'outils technopédagogiques en classe ou encore l'organisation d'un stage humanitaire au Costa Rica avec les étudiants », indique la jeune enseignante.

Attendant impatiemment leur séjour en Amérique centrale, les élèves s'en remettent pour l’heure, non sans intérêt, à une chaleur et à un exotisme de type pédagogique.

Véronique intègre en effet les tout derniers cris en matière de technologie de l’enseignement, tels les télévoteurs, également utilisés au Département de sciences biologiques. Ces appareils, qui permettent notamment à l'étudiant de répondre en temps réel à des questions de choix multiples, génèrent un degré d’attention constamment renouvelé.

« L'enseignement me passionne. Cela me permet de partager mes connaissances et de transmettre le goût pour l'apprentissage », affirme celle qui a trouvé sa vocation à l'Université de Montréal.

D’abord sous l’habit de démonstratrice en classe et ensuite à titre de chargée de cours, c’est au Département de sciences biologiques que Véronique a fait ses premiers pas en enseignement. Cette dernière expérience a orienté définitivement sa carrière.

« Cela m'a permis de mettre en pratique l'organisation d'un cours et des divers outils pédagogiques; une occasion exceptionnelle! », fait-elle remarquer.

Le soutien des professeurs et des confrères étudiants-chercheurs demeure malgré tout le souvenir le plus marquant de son doctorat.

« L'accueil chaleureux des étudiants et membres du laboratoire de François-Joseph Lapointe, et ce, dès la première rencontre, reste un souvenir mémorable de mon passage au Département. »

Nul doute, l’environnement qui y régnait aura favorisé l’évolution de Véronique. Elle donne aujourd’hui crédit au Département pour une plus grande persévérance et des capacités de gestion accrues, qui lui profitent toujours.

Le conseil de Véronique : « Faites-vous confiance et croyez en vos capacités. Surtout, il ne faut pas avoir peur des défis, puisque même au travers des embuches on apprend et on s'améliore. »