Anaïs Boutin

Maîtrise en sciences biologiques, responsable des programmes de protection et conservation, Éco-Nature/Parc de la Rivière-des-Mille-Îles

« Même si la conservation demande beaucoup d’énergie et de motivation, les victoires, si petites soient-elles, sont toujours très gratifiantes. »

Anaïs a la chance inestimable d’œuvrer dans un environnement présentant une végétation luxuriante, des forêts marécageuses et des paysages de bayous. Sa maîtrise en sciences biologiques obtenue à l’Université de Montréal ne l’a pourtant pas mené à la Nouvelle-Orléans, mais à quelques kilomètres à peine du centre-ville de Montréal.

« Ce qui me stimule c’est de pouvoir mettre mes idées de l’avant, de concrétiser des projets et d’en voir les retombées », explique la responsable des programmes de protection et conservation du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, l’un des secrets les mieux gardés du Grand Montréal.

Malgré tout, les habitués du parc savent reconnaître, à travers la beauté des lieux, la fragilité des milieux naturels (îles, berges, marécages, etc.).

En la personne d’Anaïs, ils peuvent cependant compter sur une professionnelle passionnée et déterminée. La jeune scientifique veille en effet à une application rigoureuse des programmes de conservation des milieux naturels et de protection des espèces en péril, tout en s’efforçant de sensibiliser la communauté à l’importance de la cause.

« Même si la conservation demande beaucoup d’énergie et de motivation, les victoires, si petites soient-elles, sont toujours très gratifiantes », lance-t-elle 

De toute évidence, le mérite et la ténacité d’Anaïs sont à la source de ses succès professionnels, sans pour autant oublier son passage à l’Université de Montréal, qui lui a permis « d’affiner la méthodologie de travail et d’acquérir une plus grande rigueur scientifique ».

Outre les notions théoriques, la collation des grades reste le fait marquant de ses études supérieures.

C’est en effet en serrant la main de l’écologiste David Suzuki, présent pour l’occasion, que sa vocation a pris tout son sens. « J’ai compris à ce moment que je faisais partie de la relève et que j’avais désormais un rôle à jouer en environnement. »

Aujourd'hui, en continuant de mettre en œuvre des programmes novateurs, dont le rayonnement dépasse les limites du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, Anaïs peut à son tour servir d’inspiration aux scientifiques de demain.

Le conseil d’Anaïs : « Impliquez-vous dans votre milieu, faites du bénévolat ou des stages. En plus de donner un aperçu du travail, ils permettent d’acquérir de l’expérience, de découvrir de nouveaux intérêts et de rencontrer des intervenants dans le domaine. Aussi, si vous aimez ce que vous faites, persévérez! »